COMMUNE & HAMEAUX

Blason

L’activité humaine sur DONZY a été constatée sur le hameau du Pré autour d’une villa gallo-romaine qui fut la première agglomération de la commune. Il est fait mention pour la première fois de ce village sous le nom de Domiciacus aux Vème/Vème siècles. DONZY prit le nom de Dominici au XIIème siècle et prendra son nom définitif, DONZY, à partir du XIIIème siècle.

Dès 1030, DONZY devint une puissante baronnie, comprenant 8 châtellenies et 181 fiefs mouvants. La ville prit alors comme blason un fond d’azur à pommes de pin d’or qui était les couleurs de Geoffroy III. DONZY les arbore toujours alors qu’elle devrait porter celles du Baron Hervé IV dont les armes étaient trois chardons d’or avec la devise « Qui s’y frotte, s’y pique ».

Avec le renforcement du pouvoir royal, DONZY devient chef-lieu de baillage en 1308. Occupant une position stratégique pendant la guerre de Cent Ans, la ville est prise d’assaut en 1434 par les troupes de Charles VII et rasée. DONZY est à nouveau saccagé par des protestants en 1568 et 1569, puis assiégé en 1616 par les troupes royales.

Sous le Consulat, DONZY devient chef-lieu de canton. La ville se développe grâce aux ressources de la forêt et du minerai de fer, ainsi que de l’activité des forges installées sur les rivières. Mais dans la seconde moitié du XIXème siècle, le développement de la grande industrie et sa situation à l’écart de la grande ligne ferroviaire  Paris-Lyon-Marseille et du Bourbonnais accentuent son déclin.

LES ANNALES DES PAYS NIVERNAIS

Venez découvrir le nouveau n°153 des Annales des Pays Nivernais consacré à DONZY, le N°146 sur les peintres du donziais et le N°164 sur les communes du canton. Voir les annales.

Contact CAMOSINE : 8 rue des Places - 58000 NEVERS. Tél : 03 86 36 13 23 - camosine@orange.fr.

QUELQUES IDÉES DE LECTURE : 

  • Les vies extraordinaires de Hervé IV et de Mahaut de Courtenay, Jack Bierre, édition Delayance
  • Le canton de Donzy en cartes postales anciennes, édition Alan Sutton
  • Le patrimoine des Communes de France, tome1, édition Flohic

 Vue des Toits du Clocher

De son passé, DONZY a conservé un patrimoine bâti remarquable.

De l’abbaye Notre Dame du Pré, en partie détruite au début du XIXème siècle, subsistent le portail, la tour Nord, quelques travées de la nef et des bas côtés. Le portail orné d’un tympan représente la Vierge en majesté, l’enfant Jésus sur ses genoux, l’ange Gabriel et le prophète Isaïe. C’est un des exemples les plus remarquables de la sculpture bourguignonne du XIIème siècle. Un moulage en plâtre du tympan fut préalablement exposé au musée des Monuments Français jusqu’à la fin des années 90. Suite à l’incendie du musée, un nouveau moulage en résine a pris place à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine au Palais de Chaillot.

La tour qui a perdu son couronnement date des XIIème et XIIIème siècles, de beaux chapiteaux à feuillage corinthien ou à entrelacs sont toujours visibles... Une vaste crypte subsisterait sous le cimetière.

A 100 mètres du logis du prieur (Fin XVème siècle), se trouve léglise paroissiale de Saint Martin du Pré (XIIème siècle) inscrite à l’inventaire des monuments historiques. Celle-ci compte de nombreuses pierres tombales des XVIème et XVIIème siècles dont les inscriptions concernent les maîtres de forge de la région ou encore  Françoise de la RIVIERE, Dame de FAVRAY et Dame d’Honneur à la Cour d’Henri IV, décédée en 1606.

Le bourg de DONZY a conservé de nombreuses maisons anciennes dont 2 maisons à pans de bois, datant du XVème siècle portant un écusson aux armes de la famille de la Rivière, l’ancien hôtel de la famille Frappier Saint Martin devenu Maison des Associations, ou encore l’ancienne auberge à l’enseigne de la Fleur de Lys.

Ce quartier du vieux DONZY est structuré autour de 2 édifices, le château des Barons de DONZY et l’église paroissiale Saint-Caradeuc.

Le château des Barons de DONZY fut détruit en 1170 par Louis VII puis reconstruit au XIIIème siècle. Il en reste une tour ronde, ancien donjon, un corps de logis du XIVème siècle et un portail.

Egalement détruite en 1170, l’église paroissiale Saint Carrad’Heuc fut reconstruite en 1180. Elle fut desservie jusqu’à la Révolution Française par un Collège de Chanoines. Incendiée en 1488, elle fut une nouvelle fois rebâtie au début du XVIème siècle en style flamboyant. Dévastée par les protestants en 1569, elle fut presque entièrement reconstruite à partir de 1839.

Vraisemblablement la fondation du moulin de Maupertuis remonte au milieu du XIVe siècle par les chanoines de Saint Carad'heuc. Il est mentionné dans un acte des Titres de Nevers en 1390. Il traversera les siècles comme moulin à farine jusqu'à la fin de son activité en 1961. A signaler un épisode marquant de son histoire durant l'hiver 1788-1789. Ce dernier fut si rigoureux que le Nohain gela, et les édiles municipaux votèrent des crédits pour payer des hommes de journée afin de casser les glaces du bief et permettre le fonctionnement du moulin. Cette décision permit à la population de cette époque où la base de l'alimentation était le pain et déjà perturbée par des problèmes économiques, de ne pas manquer de farine. Depuis la fin des années 1980, Maupertuis a été transformé en écomusée de la meunerie.

Notre Dame du PréAbbaye Notre Dame du Pré  

Chapelle Saint Martin

Maison à pans de bois Maison à pans de bois   

Hôtel Frappier Saint MartinHôtel Frappier Saint Martin

CHâteau      Château des Barons de DONZY   

 Eglise Saint Carrd'HeucÉglise Saint-Caradeuc

EPEAU  L'Abbaye de l'Épeau   

 La Chapelle des Brosses  La Chapelle des Brosses

Le Commandeur    Le Moulin du Commandeur         

 Le Moulin de Maupertuis - Site internet

ANECDOTES : Inscription républicaine sur le mur de l'Eglise Saint Carrad'Heuc

FRONTON EGLISELa présence de cette inscription sur un mur de l’église Saint Carrad’Heuc, tout comme celle de la girouette peinte aux couleurs de la République, témoigne de l’affrontement entre laïcs et cléricaux à la fin du XIXème siècle.

En 1881, le maire de Donzy, Hubert Front, souhaite, à l’occasion de la fête nationale du 14 juillet, faire peindre la girouette de l’église aux couleurs républicaines.

Il s’ensuit un différend avec le curé de la paroisseDominique Bailly -chanoine honoraire de Donzy de 1878 à 1910- à la suite duquel le maire fait peindre à la peinture rouge, sur les murs de l’église :

PROPRIÉTÉ COMMUNALE

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ

Le maire considérant l’attitude du curé et des paroissiens « hostile et  antipatriotique »  fait interdire les processions. Le curé passe outre et est condamné plusieurs fois à verser une amende.

Les tensions ne se sont pas amoindries entre les parties. C’est ainsi que le Conseil Municipal présidé par Octave Dubois successeur d’Hubert Front décide à l’unanimité de maintenir l’interdiction des processions. Le curé persiste malgré tout et est condamné à plusieurs amendes ainsi qu’à deux jours de prison.

L’affaire prend alors une dimension nationale contraignant la chambre des députés et le Conseil d’Etat à prendre position. En mars 1897, ce dernier tranche définitivement, le maire de Donzy a agi dans la limite des attributions qui lui sont conférées par la loi. Le recours pour abus formulé par le curé est rejeté. (Cf. recueil « l’église Saint Carrad’Heuc de Donzy en vente à l’Office de Tourisme)

DONZY vote comme la France

Donzy connaît une très relative célébrité, en effet ses électeurs ont depuis des années la particularité de voter « comme l’ensemble de la France ». Les résultats électoraux sont souvent quasi identiques parfois même au dixième près aux résultats nationaux. Les médias s’intéressent beaucoup à ce phénomène. Nombre de reportages ont lieu aux périodes clés des élections notamment des présidentielles.

Cette notoriété a par ailleurs été à l’origine d’un reportage  sur France 2 dans l’émission « Vous trouvez ça normal » au cours de laquelle les habitants étaient invités à faire part de leurs observations sur l’actualité de la semaine.